Gabriola Speaker Series
Eric Leonardson

Click here for the full transcripts as a PDF.

Eric Leonardson spoke about the World Listening Project (WLP), a non-profit art organization he co-founded in 2008. He discussed Chicago’s local culture of sound in relation to the visual arts, music, and phonography that led to the WLP’s formation and how this coalesced into Chicago are acoustic ecology community. Much of this was based on firsthand experiences. These include starting the Experimental Sound Studio in the 1980s, attending the First International Conference on Acoustic Ecology in 1993, teaching in the Department of Sound at the School of the Art Institute of Chicago and Columbia College, professional practice in sound design for theater, experimental music, and numerous collaborations within the Chicago sonic arts community and beyond from the 1990s until the present.
Along with these events Leonardson named some the many individuals who directly contributed their time and aspirations in shaping the WLP’s mission. Among them were Bernie Krause, Jérôme Joy, Brett Balogh, Noé Cuellar, Dan Godston, Udo Noll, and R. Murray Schafer. Leonardson’s slideshow included vision statements from these and other individuals involved in the project.
Outreach efforts in the WLP depended on online, Internet media and these successfully expanded the interest in acoustic ecology, providing the impetus for starting the Midwest Society for Acoustic Ecology, then a new regional chapter of the American Society for Acoustic Ecology, the US affiliate of the global association called the World Forum for Acoustic Ecology.
The WLP promotes dialogue on ways of using technology and produces events that raise awareness of the soundscape across disciplines. The initial goal of the WLP aimed to collect field recordings from every country on earth to archive and present them on a web-based sound map of the world. As so many of these maps were already existed, the focus was changed and extended to other ways of engaging the sonic environment. One example included the Locustream SoundMap. This alternative sound map provide real-time streaming audio experience via a map interface, populated by a community of “web-mikers” who freely participate. The Locus Sonus project is a laboratory for post-graduate research in audio art, co-directed by co-directed by Jérôme Joy at Villa Arson National School of Art of Nice, and Peter Sinclair at École Supérieure d’Art d’Aix en Provence. The Locus Sonus initiated Locustream SoundMap and the WLP sought to help “populate” the map by inviting anyone with an Internet connection to join.
The Q&A discussion included listening to the real time audio stream from Leonardson’s own home in Chicago. This brought up challenging questions about the Locus Sonus real time streaming audio map project in relation to pervasive and intrusive technologies for surveillance and what effect they have upon our listening practices.


Eric Leonardson a parlé du Projet d’Écoute Mondial (World Listening Project ou WLP), une organisation à but artistique qu’il a co-fondé en 2008. Il a discuté la culture du son au Chicago par rapport aux arts visuels, la musique, et la phonographie qui a créé le WLP, et ça s’est uni pour créer la communauté d’écologie acoustique. Pour la plupart, cette histoire est basée sur les expériences directes. Ces expériences comprises la création d’Atelier du Son Expérimentale aux années 80, en assistant le Premier Conférence d’Écologie Acoustique International en 1993, enseignant au Département du Son à l’École d’Institut d’Art au Chicago et Columbia Collège, de la pratique professionnelle du dessin du son pour le théâtre, la musique expérimentale, et des collaborations nombreuses dans la communauté des artistes du son du Chicago et d’ailleurs depuis les années quatre-vingt-dix jusqu’aujourd’hui.

En plus de ces événements, Leonardson a mentionné quelques des nombreuses individuels qui ont partagé leurs aspirations et temps en créant la mission du WLP. Parmi eux Bernie Karuse, Jérôme Joy, Brett Balogh, Noé Cuellar, Dan Godston, Udo Noll, et R. Murray Shafer. Le diaporama de Leonardson a partagé des visions de ces personnes et d’autres du projet.

Des efforts d’établissement de relations avec la communauté par le WLP utilisaient des médias en ligne, et ces efforts ont fait grandir l’intérêt à l’écologie acoustique. En conséquence, ces efforts ont créé l’impulsion pour établir la Société du Midwest pour l’Écologie Acoustique, qui à l’époque était une section régionale de la Société Américaine pour l’Écologie Acoustique, la filiale américaine de l’association mondiale, Le Forum Mondial pour l’Écologie Acoustique.

Le WLP promouvait la discussion de l’utilisation de la technologie et produit des événements qui introduisent la conscience du paysage sonore parmi des disciplines diverses. Le but premier du WLP tentait collecter des enregistrements sur le terrain du chaque pays du monde pour les préserver et les présenter dans une carte mondiale en ligne. Puisque tantes des cartes comme celle-ci existait déjà, le but a changé pour explorer l’environnement sonique. Un exemple était la Carte Sonique Locustream. Cette carte alternative donne des gens une diffusion sonore en direct, qui consiste des gens qui exploit des sons volontairement. Le Projet Locus Sonus est un laboratoire pour des chercheurs post-graduats dans les arts sonores, codirigé par Jéôrme Joy à Villa Arson – École et Centre National d’Art, et Peter Sinclair à École Supérieur d’Art d’Aix-en-Provence. La Carte Sonore du Locus Sonus et le WLP aidaient en rempliant la carte en invitant tout le monde avec l’accès à l’Internet.

La période des questions et réponses a inclus une écoute au flux audio en directe de la maison de Leonardson au Chicago. Cela a créé des questions difficiles au sujet de la carte des pistes audio en directe de Locus Sonus en ce qui concerne de la technologie envahissante pour des raisons de surveillance et l’effet sur nos pratiques d’écoutes.